Avec fierté et sincérité

Pour la première fois dans l’histoire de l’équipe nationale féminine U18 du Canada, six membres d’une même équipe du club jouent ensemble au Championnat mondial féminin U18 de l’IIHF

Concourir pour une place sur l’alignement de l’équipe nationale féminine U18 du Canada avec les meilleures joueuses du pays peut être une tâche intimidante. Mais pour de nombreux membres d’Équipe Canada, ils avaient cinq de leurs coéquipiers à leurs côtés pendant le processus.

Avi Adam, Reichen Kirchmair, Sarah MacEachern, Mari Pietersen, Alyssa Regalado et Mckenna Van Gelder jouent tous avec le Dauphins d’Etobicoke dans la division Elite U22 de Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA). Maintenant, les trois attaquantes, deux défenseures et une gardienne de but ont troqué leur chandail des Dolphins contre la Feuille d’érable pour représenter le Canada au Championnat mondial féminin des M18 2022 de l’IIHF.

“Cela peut être effrayant d’être loin de chez soi et d’être dans un camp de reproduction”, explique Pietersen, 17 ans. “Sachant que j’ai le soutien de mes cinq coéquipiers qui sont ici avec moi, [it] se sent comme une maison loin de chez soi.

C’est la première fois dans l’histoire de l’équipe nationale féminine U18 du Canada qu’il y a six joueuses du même club sur une formation. Depuis 2008, il y a eu cinq cas où Équipe Canada a quatre membres d’une équipe, plus récemment la poursuite de l’excellence de la Ligue canadienne de hockey scolaire (CSSHL) en 2018.

“Avoir les filles ici avec moi aujourd’hui, je me sens tellement soutenue”, déclare Van Gelder, 18 ans. « Nous avons tous vécu la même chose. Nous pouvons tous en parler. Et c’est juste une bonne chose d’avoir certains de vos meilleurs amis ici avec vous.

La chimie entre les Dolphins ne se limite pas non plus à cette saison. Adam, MacEachern, Regalado et Van Gelder se rendront ensemble à l’Université Cornell à l’automne. Kirchmair, Regalado et Van Gelder font partie de l’équipe des Dolphins U22 depuis la saison 2019-20. De plus, Regalado et Van Gelder jouent ensemble depuis qu’ils ont huit ans.

“Chaque fois que je veux parler de hockey… elle est toujours là pour moi et c’est une excellente joueuse de hockey”, a déclaré Regalado, 18 ans, de Van Gelder. “C’est tellement génial de pouvoir vivre ces grands succès avec elle et de pouvoir jouer avec elle à ce niveau supérieur.”

Se préparer à jouer pour Équipe Canada remonte à leur passage à Etobicoke. L’entraîneur-chef Joe Butkevich dit que l’équipe se concentre sur l’éducation des joueurs sur le professionnalisme, le conditionnement de la force et les attentes sur et hors de la glace, tous des aspects intangibles qui rapportent dans le processus de sélection de l’équipe nationale.

« Ils ont tellement de bourses ou de programmes académiques et provinciaux, et maintenant le programme national. C’était génial d’être assis là avec leurs fans », explique Butkevich. “Nous ne jouons qu’un petit rôle pour les aider à arriver là où ils sont, donc c’était phénoménal. Ce fut un voyage pas comme les autres.”

La saison 2021-22 pour les Dolphins était un voyage en soi. Après avoir terminé premiers de leur division, les Dolphins ont entamé un week-end de championnat difficile et ont terminé deuxièmes du championnat Éclair de Durham Ouest. Au cours des deux semaines qui ont précédé le tournoi provincial, Etobicoke a senti qu’il avait un travail en attente et s’est concentré sur son prochain objectif : remporter le titre OWHA.

Les Dolphins ont adopté une mentalité “plein gaz, pas de freins” dans le tournoi. Finalement, Etobicoke a battu Durham West 2-1 en finale pour remporter le premier championnat provincial de l’équipe.

« C’est une sorte de livre d’histoire qui se termine pour nous, surtout pour les enfants qui participent au programme depuis trois ou deux ans », dit Butkevich. « Je le voulais pour eux. Ils se donnent corps et âme pour notre programme et ils ont tout fait ».

“C’était surréaliste. Je suis toujours aux anges “, dit Van Gelder à propos de la victoire du titre provincial. ” Tout le monde jouait les uns pour les autres à ce moment-là. Personne ne se souciait de qui obtenait les points. Personne ne se souciait de savoir qui était le temps de glace. étaient champions provinciaux. On voulait cette médaille autour du cou. »

Des six Dolphins d’Équipe Canada, seul Pietersen reviendra à Etobicoke la saison prochaine avant de se rendre à l’Université de Boston en 2023. Il absorbe l’expérience à Championnat du monde féminin U18 de l’IIHF afin qu’il puisse partager avec ses coéquipiers la saison prochaine.

“Je serai une fille plus âgée avec l’équipe l’année prochaine, alors [I can] offrir davantage un rôle de leadership [to] beaucoup de filles plus jeunes », explique Pietersen. “Une sorte de leur montrer ce que c’était que d’être [on] une équipe nationale et j’espère être quelqu’un à attendre avec impatience ».

De la saison régulière aux séries éliminatoires, et maintenant la représentation au sein de l’équipe nationale féminine U18 du Canada, la communauté d’Etobicoke a accompagné ces six joueuses à chaque étape du parcours.

“Je pense que nous nous sommes tous étouffés quand ils ont appelé à la maison [saying they made the
team], mais la première chose à propos de chaque parent à qui j’ai parlé était : “Et les autres filles ?” Tout le monde tire les uns pour les autres “, explique Butkevich.

“Jouer à Etobicoke était génial”, ajoute Pietersen. « La communauté est si proche. Notre équipe était l’équipe la plus proche dont j’ai jamais fait partie. Toujours se soutenir à travers les joueurs, le staff, les familles. Cela vous motive tellement et vous donne l’impression d’avoir toujours quelqu’un vers qui aller. »

Avoir un système de soutien communautaire fiable est également bénéfique lorsque vous concourez sur une scène internationale pour la première fois de votre carrière.

“Pendant ces périodes, cela peut devenir très stressant car tout le monde essaie de donner le meilleur de lui-même et de performer au plus haut niveau”, déclare Regalado. « Je me connais personnellement, je me mets beaucoup de pression. Donc, avoir juste un exutoire avec qui parler et rire, ou simplement oublier ce qui se passe en ce moment et se concentrer uniquement sur le rire, je pense que c’est vraiment génial.

Alors que le Championnat mondial féminin des M18 de l’IIHF se poursuit à Madison et Middleton, Wisconsin, les six Dolphins ont hâte de vivre cette expérience non seulement avec leurs coéquipières d’Etobicoke, mais aussi avec leur nouvelle famille d’Équipe Canada.

“J’en rêvais depuis que je suis enfant, depuis les Jeux olympiques de Sotchi, quand j’ai vu le but de la victoire”, déclare Van Gelder. “Représenter votre pays avec 22 autres membres de la famille [is] une expérience irréelle”.

“Maintenant, il s’agit d’être un bon coéquipier”, ajoute Regalado. « Je suis venu jusqu’ici. Ils savent comment je peux jouer… comment puis-je soutenir mes coéquipiers ?

“Les bonnes relations sur et hors de la glace nous permettront vraiment de réussir et, espérons-le, de remporter une médaille d’or à la fin.”

Il y aura peut-être six Dolphins sur la glace dans le Wisconsin, mais il y en aura plus dans les gradins. Butkevich sera en personne à la Coupe du monde féminine U18 pour encourager ses joueuses qui portent la feuille d’érable.

« J’ai un chandail de Hockey Canada avec toutes les barres de nom au dos, alors je suis très excité. Je me sens comme un deuxième père pour eux, j’ai la chair de poule en ce moment en y pensant “, dit Butkevich.” J’ai hâte de les voir en tant que fans, pas en tant qu’entraîneur, mais, à part leur famille, leur plus grand supporter. “.

Leave a Reply

Your email address will not be published.