Ces joueurs ont façonné l’histoire du black college et de la NBA

Nous sommes en pleine finale NBA entre les Boston Celtics et les Golden State Warriors.

Mais la plupart ne savent peut-être pas que les deux équipes ont des liens historiques avec les joueurs et les entraîneurs de la HBCU.

En 1950, les Celtics sont devenus la première équipe à choisir un joueur afro-américain lors du repêchage de la NBA en sélectionnant le garde d’État de Virginie-Occidentale Chuck Cooper.

Pendant ce temps, la star de North Carolina A&T, Al Attles, est le leader de tous les temps des Warriors en matière de victoires d’entraîneur-chef, avec 1 075 victoires avec la franchise. Il a également mené l’équipe à son premier championnat en 1975 après avoir déménagé à San Francisco.

Ce ne sont pas seulement ces deux équipes qui ont des liens avec les HBCU, car la ligue a vu sa juste part de grands joueurs institutionnels noirs.

Actuellement, il y a trois anciens joueurs de la HBCU dans l’équipe du 75e anniversaire de la NBA et 10 au Naismith Basketball Hall of Fame.

Cela nous a fait réfléchir : comment une équipe composée des meilleurs anciens de la HBCU de l’histoire de la NBA pourrait-elle se mesurer les unes aux autres ?

Nous avons constitué une équipe de 12 hommes avec une formation de départ traditionnelle et un banc composé de deux arrières, deux attaquants, deux centraux et un joker.

Apéritifs

PG : Earl Monroe, État de Winston-Salem

Earl Monroe, État de Winston-Salem
Photo: Frank Jones

Lorsque l’on parle des plus grands basketteurs d’une université historiquement noire, le nom d’Earl “The Pearl” Monroe sera sûrement mentionné.

Jouant pour Winston-Salem State, Monroe a la distinction d’être le meilleur buteur de tous les temps de l’école.

En tant que senior, il a récolté en moyenne 41,5 points par match, menant les Rams à un titre national de Division II, une première pour un HBCU à l’époque.

Monroe a été classé deuxième au classement général du repêchage de 1967 par les Washington Bullets, ce qui en fait toujours le plus grand joueur de HBCU de tous les temps. Il a ensuite remporté le titre de recrue de l’année, avec une moyenne de 24,3 points, 5,7 rebonds et 4,3 passes décisives.

Monroe a disputé 13 saisons en NBA avec les Bullets et les New York Knicks, avec une moyenne de 18,8 points, 3,9 passes décisives et trois rebonds.

Il a été nommé dans quatre équipes NBA All-Star et a remporté un championnat en 1973 avec les Knicks. Il a été intronisé au Naismith Basketball Hall of Fame en 1990 et est membre de l’équipe du 75e anniversaire de la NBA.

SG : Sam Jones, Centre de la Caroline du Nord

Un autre membre de l’équipe du 75e anniversaire de la NBA, Sam Jones a joué pour une équipe centrale de Caroline du Nord sous la tutelle du directeur du Temple de la renommée John McLendon.

Là, il a récolté en moyenne 17,7 points et 9,1 rebonds, assurant trois sélections de l’équipe All-CIAA.

En NBA, Jones a joué 12 saisons avec les Celtics, la première véritable dynastie de l’histoire de la ligue dirigée par le centre du Temple de la renommée Bill Russell.

Il a récolté en moyenne 17,7 points et 4,9 rebonds en 871 matchs en carrière, remportant 10 championnats NBA, juste derrière Russell.

De plus, Jones a été nommé dans cinq équipes All-Star et trois équipes All-NBA sur le point d’être intronisé au Temple de la renommée en 1984.

SF : Bob Dandridge, État de Norfolk

Bob Dandridge a récolté en moyenne 22,6 points et 13,0 rebonds au cours de ses quatre années à Norfolk State, portant l’équipe à un record global de 88-16.

En tant que jeune homme, il a aidé à mener les Spartans à un championnat de la CIAA. Au cours de sa dernière année, il a établi des records de tournoi CIAA pour les points en un match (50) et les points en tournoi de conférence (114).

Dandridge est entré dans la NBA en tant que choix de quatrième ronde des Milwaukee Bucks lors du repêchage de 1969.

L’ancien Spartan a disputé 13 saisons avec les Bucks et les Washington Bullets, remportant respectivement un championnat NBA avec chaque équipe. Le quadruple NBA All-Star a en moyenne 18,5 points, 6,8 rebonds et 3,4 passes décisives pour sa carrière.

PF : Bob Love, du sud

En son temps avec Southern, Bob Love a été sélectionné trois fois All-SWAC et une fois NAIA All-American.

Lors de sa dernière saison avec les Jaguars, il a mené l’équipe à son premier championnat SWAC de l’histoire de l’école.

Débutant sa carrière dans la NBA avec les Cincinnati Royals, Love s’est ensuite fait un nom en tant que membre des Chicago Bulls.

Love a récolté en moyenne 21,3 points et 6,8 rebonds au cours de ses huit saisons en championnat

Dans l’ensemble, Love a joué dans la NBA pendant 11 ans. Il a été nommé NBA All-Star à trois reprises et a fait partie de trois équipes NBA All-Defensive et de deux sélections All-NBA.

C : Willis Reed, Grambling State

Sans doute le joueur HBCU le plus accompli de la NBA, Willis Reed a été deux fois All-American à Grambling State.

Il a une moyenne de 18,7 points et 15,2 rebonds menant les Tigers à deux championnats SWAC et un championnat national NAIA.

Lors du repêchage de la NBA en 1964, Reed a été choisi avec le premier choix du deuxième tour par les New York Knicks avec qui il a passé toute sa carrière de 10 ans.

Il a récolté en moyenne 18,7 points et 12,9 rebonds pour sa carrière, menant son équipe à deux championnats NBA. Il a également obtenu sept sélections All-Star et cinq sélections All-NBA.

Reed est devenu le premier joueur de l’histoire de la NBA à remporter le titre de MVP All-Star, MVP de la saison régulière et MVP des finales NBA au cours de la même saison (seuls Michael Jordan et Shaquille O’Neal ont accompli cet exploit depuis).

Le grand homme de Grambling est devenu le premier ancien de la HBCU à être intronisé au Temple de la renommée en 1982.

Banc

G : Avery Johnson, sudiste

La carrière de premier cycle d’Avery Johnson a commencé au niveau JUCO au New Mexico Junior College avant de passer à l’Université Cameron et finalement à Southern.

Johnson a récolté en moyenne 9,2 points, 12 passes décisives et 3,1 interceptions au cours de ses deux saisons avec les Jaguars, étant nommé joueur SWAC de l’année chaque année.

Il est entré dans la NBA en 1988 en tant qu’agent libre non repêché avec les Seattle Supersonics.

Le garde Jaguar a joué la majeure partie de sa carrière avec les San Antonio Spurs avec une moyenne de 10,1 points et 6,9 passes décisives au cours de ses 10 années là-bas. C’est avec les Spurs que Johnson a remporté son seul championnat en 1999.

G : Jimmy Jones, État de Grambling

Bien que Jimmy Jones ait connu sa meilleure course professionnelle en ABA, il a joué trois saisons en NBA à la fin de sa carrière.

Pendant son temps avec Grambling State, Jones a dirigé l’équipe de trois ligues SWAC en marquant 20 points et huit rebonds par match.

Bien que le garde des Tigers ait été enrôlé avec le premier choix au deuxième tour du repêchage de la NBA de 1967 par les Baltimore Bullets, il a plutôt choisi de jouer dans l’ABA.

Jones a joué sept saisons dans l’ABA avec les New Orleans Buccaneers, les Memphis Pros et les Utah Stars. Il a récolté en moyenne 19,2 points, 5,1 passes décisives et 4,9 rebonds, faisant six équipes All-Star et trois équipes All-ABA en plus de faire partie de l’équipe ABA All-Time.

Il est ensuite passé à la NBA en jouant trois saisons avec les Washington Bullets, principalement en tant que meneur de réserve.

F : Anthony Mason, État du Tennessee

Anthony Mason a joué pour l’État du Tennessee à une époque où ils passaient de l’indépendance à la conférence de la vallée de l’Ohio.

Il a récolté en moyenne 18,7 points et 8,1 rebonds pour les Tigers. Cela comprenait une saison senior au cours de laquelle il a mené l’OVC au pointage et troisième au classement général du pays (28,0), menant également l’OVC aux rebonds (10,4).

Mason a été repêché au troisième tour du repêchage de la NBA en 1988 par les Portland Trail Blazers. Cependant, il a commencé sa carrière professionnelle en jouant en Turquie avant de rejoindre la NBA un an plus tard avec les New Jersey Nets.

L’attaquant de l’État du Tennessee a passé 13 ans dans la NBA pour six équipes différentes, obtenant 10,9 points, 8,3 rebonds et 3,4 passes décisives en carrière.

Il a été nommé dans une équipe All-Star en 2001, une équipe All-NBA et une équipe All-Defensive en 1997 et a remporté le prix du sixième homme de l’année en 1995.

F : Charles Oakley, Virginia Union

Charles Oakley est l’un des joueurs les plus célèbres à avoir jamais foulé un terrain de la NBA.

Il a mené l’équipe à un championnat senior de la CIAA au cours d’une saison qui l’a vu nommé joueur de division II de l’année.

Entrant dans la NBA, Oakley a été repêché neuvième au classement général par les Cleveland Cavaliers avant d’être échangé aux Chicago Bulls le même soir.

Le grand homme a joué 19 bonnes années dans la ligue, avec une moyenne de 9,7 points et 9,5 rebonds en carrière.

Oakley a été nommé dans une équipe All-Star et deux équipes All-Defensive en tant que membre des New York Knicks.

C : Ben Wallace, Virginia Union

Un autre grand joueur de Virginia Union, Ben Wallace, a joué pendant deux ans avec les Panthers avec une moyenne de 13,4 points, 10 rebonds et 3,6 contres.

Il a mené les Panthers au Sweet 16 du tournoi de Division II lors de sa saison junior et au Final Four en tant que senior.

Entrant dans la NBA en tant qu’agent libre non repêché, Wallace a eu l’une des carrières les plus réussies de tous les joueurs non repêchés.

En 16 ans dans la NBA, Wallace a récolté en moyenne 5,7 points, 9,6 rebonds, 2,0 contres et 1,3 interceptions.

Il a dominé la défense en remportant quatre prix de joueur défensif de l’année et a été sélectionné dans six équipes All-Defensive. Il a remporté un championnat avec les Detroit Pistons en 2004.

De plus, Wallace a été quatre fois All-Star NBA et a fait partie de cinq équipes All-NBA. Il a été intronisé au Hall of Fame en 2021.

C : Zelmo Beaty, Prairie View A&M

Zelmo Beaty est l’un des grands hommes les plus sous-estimés de l’histoire de la NBA / ABA.

Beaty a été dominant à son époque avec Prairie View, avec une moyenne de 25 points et 20 rebonds par match en route pour obtenir deux sélections NAIA All-American.

Il a mené les Panthers à deux championnats SWAC et à un championnat national NAIA en tant que senior.

Il est entré dans la NBA en tant que troisième choix au total lors du repêchage de la NBA de 1962 des St. Louis Hawks, faisant de lui le premier joueur de la HBCU à être choisi avec l’un des trois meilleurs choix.

Beaty, qui a été deux fois All-Star de la NBA, a disputé sept de ses huit saisons NBA avec les Hawks, avec une moyenne de 16 points et 10,4 rebonds par match.

La star de Prairie View a ensuite joué quatre ans en ABA avec les Utah Stars. Il a été nommé dans trois équipes All-Star, deux équipes All-ABA et a remporté un championnat ABA. Beaty a également été sélectionné pour l’équipe ABA All-Time.

WC : camion Robinson, État du Tennessee

À l’époque de l’État du Tennessee dans les rangs de la Division II, ils ont connu leur course la plus réussie avec Leonard “Truck” Robinson au sol.

Lors des séries éliminatoires de la Division II, Robinson a mené l’équipe au match de championnat national et à deux matchs pour la troisième place. Ses chiffres étaient hors des charts au cours de ses deux dernières saisons, avec une moyenne de 24,4 points et 16,8 rebonds.

Robinson est ensuite entré dans la NBA en tant que choix au deuxième tour du repêchage de la NBA en 1974 par les Washington Bullets.

Il a disputé 11 saisons en NBA, marquant 15,5 points et 9,4 rebonds en carrière. Il a également été nommé dans deux équipes NBA All-Star. Sa meilleure période est survenue au cours de ses deux saisons avec le Jazz de la Nouvelle-Orléans où il a récolté en moyenne 23,2 points et 14,9 rebonds.

Leave a Reply

Your email address will not be published.