Comme le gérant des Red Wings Derek Lalonde, il est comme Jeff Blashill; et comment ce n’est pas

À partir de maintenant. Vous avez sûrement entendu des partisans des Detroit Red Wings faire le constat qu’en embauchant Derek Lalonde comme entraîneur-chef, l’équipe a essentiellement remplacé Jeff Blashill par un clone virtuel.

Certes, il existe des similitudes dans les trajectoires de carrière des deux hommes. Les deux étaient des entraîneurs de la LAH. Quoi qu’il en soit, Detroit est l’équipe qui leur offre leur premier poste d’entraîneur-chef dans la LNH. Mais faire une déclaration aussi radicale sans se plonger dans les histoires des deux entraîneurs est totalement faux.

Alors, sans plus tarder, voyons en quoi Lalonde et Blashill se ressemblent. . . et comment ils sont différents.

Lalonde, Blashill étaient portiers d’université

Blashill a joué pour le filet à Ferris State. Au cours de son mandat à Detroit, Jeff Blashill il a souvent fait référence à ses compétences de gardien de but d’une manière autodérision.

Lalonde était gardien de but dans le hockey de la division III de la NCAA à SUNY-Cortland State. Il attribue à ce mandat le mérite d’avoir aidé à façonner sa carrière.

Derek Lalonde, entraîneur des Red Wings

Derek Lalonde

“La première année, j’étais l’un des cinq gardiens de but”, a déclaré Lalonde à reddragonnetwork.org. « J’ai à peine sauté sur la glace jusqu’à ma deuxième année. Quand j’étais senior, j’ai joué dans la plupart des matchs et mes coéquipiers m’ont nommé vainqueur du Red Letter Award de l’équipe. C’était l’une de mes plus grandes réussites ».

Certains similaires :

Les deux ont travaillé sous Bob Daniels en tant qu’assistants de la NCAA

Lalonde a été entraîneur adjoint à Ferris State de 2003 à 2006. Blashill a été entraîneur adjoint à Ferris State de 1999 à 2002. Les deux remercient le gérant des Bulldogs, Bob Daniels, de les avoir aidés à les façonner en tant qu’entraîneurs et mèmes.

“Je pense que Bobby Daniels a fait un aussi bon travail que n’importe qui d’autre dans le hockey collégial au cours des 15 dernières années”, a déclaré Blashill. « J’adore l’université et ce qu’elle m’a apporté. Je suis un Bulldog, ma femme est un Bulldog. Mes enfants sont très fiers des Bulldogs.”

Chacun d’eux était champion de la Coupe Clark

En 2008-2009, Blashill a mené le Ice d’Indianapolis au championnat de la Coupe Clark de la USHL Trois ans plus tard, en 2011-2012, Lalonde a mené les Gamblers de Green Bay à la couronne de la Coupe Clark.

“J’ai rencontré Derek lorsqu’il était à Green Bay”, a déclaré le directeur général des Red Wings, Steve Yzerman. “L’un de nos dépisteurs, quand j’étais à Tampa, nous étions à un match et j’ai rencontré Derek. Je l’ai rencontré pour la première fois un peu à travers Green Bay.

Les différences:

Lalonde est beaucoup plus expérimenté au niveau de la LNH

Lorsque Blashill a succédé à Mike Babcock derrière le banc de Detroit en 2015, son expérience dans la LNH s’est étendue sur un total d’une saison en tant qu’assistant de Babcock. Lalonde a passé les quatre dernières saisons comme bras droit Jon Cooper à Tampa Bay.

Pendant ce temps, Tampa Bay a remporté un trophée des présidents, trois titres de la Conférence de l’Est et deux championnats de la Coupe Stanley.

“Il est autour de programmes gagnants, il sait ce qu’il faut”, a déclaré Yzerman. “Vous pouvez mettre l’accent sur la discipline, l’éthique de travail, tout ce que nous attendions sera élevé et c’est ce que font les bonnes équipes.”

Lalonde est deux fois vainqueur de la Coupe Stanley

Quand les gens commencent à se plaindre du travail de Lalonde derrière le banc des Red Wings, il peut toujours jeter un Patrick Roy. Lalonde pourrait mettre ses deux coupes Stanley dans ses oreilles et étouffer le bruit.

Il a travaillé sur le banc lors de trois finales de la Coupe Stanley. Tampa Bay a été la première équipe en près de quatre décennies à disputer trois finales de Coupe consécutives.

« Apprendre la LNH et ensuite, évidemment, la croissance des courses en séries éliminatoires », a expliqué Lalonde à quel point son expérience à Tampa Bay lui fournit la préparation dont il aura besoin pour diriger les Red Wings. « L’intensité était immense. La croissance de l’équipe (qui en 2018-19 a établi le record de la LNH aux côtés des Red Wings d’avoir remporté 62 matchs et de ne pas jouer de la bonne façon (et de perdre au premier tour des séries éliminatoires) pour arriver à la fin où nous voulions être.

« Il y a eu beaucoup de croissance là-dedans. J’ai énormément grandi à partir des expériences que vous avez dû traverser ».

Bienvenue dans votre nouvelle maison pour les dernières nouvelles, analyses et opinions des Detroit Red Wings. Comme nous FacebookSuivez-nous sur Twitter et n’oubliez pas de vous abonner à DHN+ pour tout notre contenu réservé aux membres de Kevin Allen, Bob Duff et du réseau National Hockey Now.

Leave a Reply

Your email address will not be published.