ESPN marque avec le nouveau film sur la rivalité Red Wings-Avalanche

Après près de 20 ans d’absence, ESPN est de retour dans l’industrie du hockey cette saison.

La présence de la LNH sur les plateformes du réseau est évidente, de la programmation étendue des épaules à la couverture accrue de “SportsCenter” (soyons honnêtes : une émission en tête avec un match éliminatoire de deuxième ronde Edmonton-Calgary n’aurait pas eu lieu lorsque NBC avait les droits de la ligue).

La nouvelle dédicace d’ESPN à tout ce qui concerne la rondelle est une très bonne chose pour le sport, en termes d’exposition à être facile à trouver dans les bars et les hôtels par rapport aux jours où il était diffusé sur des chaînes sombres comme Outdoor Life Network.

Le résultat est aussi délicieux que le documentaire divertissant de deux heures “Unrivaled”, qui couvre la rivalité animée entre les Red Wings de Detroit et l’Avalanche du Colorado depuis la fin des années 1990. Le film, co-réalisé par John Minton III et Mike Farrell, fera ses débuts dimanche à midi. Il sera également diffusé le dimanche à 15h (ESPN2), le lundi à 19h (ESPN2) et le jeudi à 20h (ESPN). Il y aura également une version allongée d’environ 30 minutes supplémentaires disponible sur le service de streaming ESPN+.

C’est une excellente façon de se préparer pour le sixième match de la finale de la Coupe Stanley entre Colorado et Tampa Bay, qui aura lieu dimanche à 19 h sur ABC.

E60 Unrivaled Trailer 062022 de la salle de presse ESPN sur Vimeo.

Depuis qu’ESPN est entré dans le monde des documentaires sportifs à grande échelle avec le lancement de la série “30 by 30” en 2009, les films de hockey ont été rares, avec seulement trois en plus de 12 ans (par coïncidence, le premier Le film “30 par 30” était en fait sur le hockey, couvrant l’échange de 1988 de Wayne Gretzky avec Los Angeles qui a changé le sport).

La rivalité Red Wings-Avalanche – qui a défini la LNH à la fin des années 90 et au début des années 2000 – a fait l’objet d’un traitement documentaire depuis longtemps. Le mauvais sang suintait autant que l’habileté, les matchs par équipe devenant un rendez-vous télévisé pour les amateurs de hockey. Les équipes se sont associées pour remporter cinq des sept coupes Stanley de 1996 à 2002, avec 20 membres du Temple de la renommée participant à la rivalité.

“Unrivaled”, qui n’est pas sous la bannière “30 pour 30” mais plutôt “E: 60”, fait un bon travail en racontant les événements qui ont préparé le terrain pour une rivalité improbable. Les équipes n’avaient pratiquement aucun historique avant la saison 1995-1996, car l’Avalanche n’a déménagé à Denver qu’à l’été 1995 après 16 saisons avec les Nordiques de Québec. Quelques éléments sont nécessaires pour que cette querelle se concrétise.

Le film se concentre principalement sur deux événements marquants de la rivalité. Le premier est l’incident qui a déclenché la mèche, lorsque Claude Lemieux du Colorado a nivelé Kris Draper de Detroit par derrière et face à face au sommet des planches lors du sixième match de la finale de la Conférence de l’Ouest de 1996 à Denver. Draper a subi de nombreuses blessures au visage et sa mâchoire a été fermée pendant six semaines.

Pour ajouter l’insulte à la blessure, l’Avalanche a éliminé les Red Wings, qui avaient établi le record de victoires dans la LNH en une seule saison avec 62, en route vers la victoire de la Coupe Stanley pour terminer leur première saison à Denver.

Détroit a eu toute une intersaison pour ennuyer et se déchaîner à Lemieux, les choses atteignant un point critique dans la rivalité le 26 mars 1997 à Détroit lors de la dernière rencontre des équipes de la saison régulière.

Cette nuit à la Joe Louis Arena : quel meilleur endroit que celui qui porte le nom d’un célèbre boxeur ? – a provoqué l’un des matchs de saison régulière les plus mémorables de l’histoire de la LNH, un concours rempli de combats qui a vu le bon ami de Draper, Darren McCarty, frapper et saigner Lemieux (et en quelque sorte pas expulsé), les gardiens de but Mike Vernon de Detroit et Patrick Roy du Colorado limace sont au milieu de la glace, avec une série d’autres combats et un retour écrasant des Red Wings.

Ces événements sont décrits en détail sous différents angles à travers des dizaines d’entretiens avec des joueurs (y compris tout ce qui précède), des entraîneurs, des dirigeants de ligue, des membres des médias et même des managers d’équipe (qui partagent certaines des meilleures anecdotes et idées).

Le film a également une séquence qui vous fait réfléchir en détail à l’histoire tragique du robuste défenseur de Detroit Vladimir Konstantinov, une figure colorée de la rivalité dont la carrière s’est terminée après avoir subi une lésion cérébrale traumatique et a été paralysé dans un accident de limousine quelques jours seulement après le 1997 de Stanley. Victoire de la Coupe des Ailes Rouges. Une courte interview avec Konstantinov est incluse et vous fera vibrer.

Malheureusement, la rivalité autrefois chaude a disparu depuis longtemps. Les équipes ne se sont pas rencontrées en séries éliminatoires depuis 14 ans et jouent maintenant dans plusieurs conférences. Ce n’est pas les Yankees-Red Sox quand il s’agit de garder le pouvoir, mais à son apogée, c’était sans doute la meilleure rivalité dans le sport professionnel.

Le film est entrelacé avec des images de McCarty et Lemieux partageant la scène lors d’un événement commémorant le 25e anniversaire de la “Fight Night at the Joe” du 26 mars. Entendre McCarty dire “en 2022, Claude Lemieux est mon ami” et voir Lemieux se faire ovationner à Détroit semblait autrefois impensable, mais le temps semble guérir toutes les blessures. Eh bien, du moins pour certains des participants à la rivalité.

S’il y a quelque chose à redire, c’est qu’il y en avait assez pour une deuxième partie. Les Red Wings et l’Avalanche ont disputé trois autres séries éliminatoires en tant que prétendants au championnat après les années couvertes par le film, le Colorado mettant fin de manière mémorable à la candidature de Detroit pour un triplé en 1999 et la toute dernière acclamation de la rivalité. , les Red Wings ont prévalu dans une épopée sept -finale de conférence de jeu en 2002.

Nous ne pouvons qu’espérer qu’ESPN reviendra sur ce bien pour plus. Parce que même si le hockey n’est qu’un quart éloigné des principales ligues sportives nord-américaines, il y a beaucoup de belles histoires à tirer de la glace.

Leave a Reply

Your email address will not be published.