Guy Carbonneau est de retour sur la glace pour entraîner la ligue 3v3 de Coach 3ICE

Guy Carbonneau a eu une carrière légendaire dans le hockey, enregistrant 19 ans dans la LNH, marquant 260 buts et remportant la Coupe Stanley à trois reprises, mais sa marque de fabrique était celle d’un défenseur proche, remportant trois fois le prix Selke du meilleur attaquant défensif de la ligue. . League (et terminant dans les cinq premiers du vote six fois de plus).

Pendant 13 saisons, de 1980 à 1994, Carbonneau a joué pour les Canadiens de Montréal avant de jouer un an avec les St Louis Blues et de terminer sa carrière avec les Stars de Dallas où il a remporté sa troisième coupe après deux avec Montréal. Carbonneau a été élu au Temple de la renommée du hockey en 2019. Après sa carrière de joueur, Carbonneau a été entraîneur adjoint des Canadiens, directeur général adjoint des Stars puis entraîneur des Canadiens de 2006 à 2009.

Carbonneau, aujourd’hui âgé de 62 ans, est l’une des légendes de l’entraînement 3 GLACE, une nouvelle ligue de hockey 3 contre 3 débutant le 18 juin à Las Vegas. Les six équipes jouent des tournois hebdomadaires à travers l’Amérique du Nord, culminant avec un tournoi de championnat le 20 août. Carbonneau est rejoint par d’autres légendes du hockey comme entraîneurs : Grant Fuhr, John LeClair, Joe Mullen, Larry Murphy et Bryan Trottier.

En plus de son format 3v3 à temps plein, 3ICE introduit également des règles expérimentales une application pick’em où les fans peuvent jouer à des jeux prédictifs pour des prix en argent. À l’avenir, les fans pourraient avoir leur mot à dire sur le jeu lui-même, par exemple en sélectionnant le joueur qui devrait tirer un penalty.

Sur l’appel du hockey 3 contre 3. .

Nous avons vu cela au cours des dernières années dans la LNH, la Ligue américaine et le Junior. Alors que vous vous rapprochez de la fin du match, je pense que tout le monde attend avec impatience le 3 contre 3. Vous regardez la LNH, le talent que nous avons maintenant, c’est assez incroyable, donc c’est un événement vraiment amusant. Nous avons choisi de bons joueurs qui voulaient faire partie du processus et qui, selon nous, réussiraient très bien dans ce format. Et j’ai hâte de commencer le 18 juin et de voir où cela mènera. Mais je peux voir qu’à l’avenir, le vivier de talents deviendra de plus en plus grand chaque année.

Guy Carbonneau a été l'entraîneur-chef des Canadiens de Montréal de 2006 à 2009.

Guy Carbonneau a été l’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal de 2006 à 2009.

A propos du choix de son équipe et de la stratégie des matchs. . .

C’est encore sur la planche à dessin. Tout le monde a une idée de comment cela va se passer, mais chaque semaine, nous verrons des choses différentes se produire et ensuite nous devrons nous réajuster. Mais bien sûr, ce sera rapide. Et j’ai été vraiment surpris de la vitesse de ces jeux à Vegas. Tout sera sorti. Donc, vous voulez avoir des gars qui peuvent défendre un peu mais qui peuvent aussi rejoindre l’attaque. Et s’il y a une chance, utilisez leur vitesse car c’est une grande glace et il n’y a pas beaucoup de monde sur la glace.

De toute évidence, le gardien de but sera un élément important. Voici comment j’ai regardé la collection mon équipe. J’avais déjà choisi mon équipe, mais c’est un repêchage, donc tout le monde n’a pas pu choisir qui il voulait. Mais je suis assez content de ce que j’ai. J’ai un bon mélange. J’ai deux défenseurs vraiment solides qui peuvent jouer dans les deux sens et j’ai gagné en vitesse en attaque donc je suis content.

Comment il s’en tirerait au hockey 3v3. .

Avant de remporter les trophées Selke, j’étais un joueur offensif. J’ai toujours été, au fond de moi, un joueur offensif. Je pense que c’est ce qui m’a rendu bon en défense. Il ne s’agit pas seulement d’avoir un bon positionnement, mais il faut savoir profiter des opportunités que vous offrent vos adversaires. Je n’ai jamais eu l’occasion d’essayer le 3 contre 3, mais ça aurait été amusant.

De l’afflux d’analyses dans le hockey. . .

Lorsque j’ai entraîné les Canadiens au début de 2006-2007, ils venaient tout juste de faire leur coming out. Et je l’ai pas mal utilisé. Je pense que c’est une très bonne chose. Cela vous donne définitivement une idée de la façon de jouer, qui est chaud, qui ne l’est pas. Mais le hockey reste un jeu émotionnel. Sur place, il se passe plein de choses qu’on ne peut pas dessiner au tableau. Il y a 10 joueurs sur la glace, il y a quatre arbitres, il y a des cloisons sur la vitre. Tant de choses peuvent arriver. Ils doivent donc pouvoir réagir.

Analytics vous donne une idée de la façon de jouer, mais vous devez toujours y jouer sur la glace. Donc, vous savez, c’est ce que j’ai trouvé quand je m’entraînais. Il y avait de très bonnes informations, mais derrière le banc, les choses vont très vite. Et si vous commencez à penser à toutes ces statistiques, vous arrêtez le déroulement du jeu, alors j’ai utilisé cela un peu.

Chaque équipe 3ICE compte six patineurs et un gardien de but et les matchs consistent en deux mi-temps de huit minutes.

Chaque équipe 3ICE compte six patineurs et un gardien de but et les matchs consistent en deux mi-temps de huit minutes.

Sur nouvelles règles dans 3ICE. . .

Celui avec le filet derrière le but, s’il revient en jeu [it’s still a live puck]-ce sera intéressant. Une fois que vous avez franchi la ligne bleue de la zone offensive, vous ne pouvez pas revenir en arrière au-delà de la ligne rouge. Chaque règle dont nous avons discuté au cours des deux dernières années est faite pour maintenir le crime. Nous voulons avoir un bon flux. Le jeu sera rapide. Après un but, il y aura peut-être un délai de 5 ou 10 secondes pour que le gardien puisse jouer la rondelle et ensuite commencer à avancer. Il n’y a donc pas vraiment de règle. Comme je l’ai dit, tout est conçu pour un jeu rapide. Nous nous ajusterons chaque semaine et différentes stratégies sortiront chaque semaine.

Sur l’idée qu’un jour les supporters choisiront qui tirera le penalty. . .

Si je pouvais trouver une solution pour que les fans choisissent le joueur mais sans interrompre le déroulement du jeu, je pense que ce serait [good]. Peut-être que les fans choisiraient le joueur avant le début du match, puis si vous avez un tir de pénalité, vous savez tout de suite qui choisit le fan, vous pouvez donc l’envoyer sur la glace. Ce seront deux périodes de huit minutes. Tout ce que nous voulons être rapide, rapide, rapide. Nous ne voulons pas attendre trois, quatre, cinq minutes entre le penalty et le tir au but.

Son premier aperçu du championnat lors du week-end test à Las Vegas. . .

Tout le monde était un peu nerveux de voir comment tout allait se passer, mais les joueurs qui se sont présentés là-bas étaient incroyables. Ils étaient vraiment professionnels. Même s’ils n’étaient pas tous au top de leur forme car certains d’entre eux n’ont pas eu la chance de patiner, ils ont tout donné. Nous avons été vraiment impressionnés. J’ai parlé à la plupart des gars de mon équipe et ils ont hâte de commencer.

Pour moi, les trois jours passés à Las Vegas ont prouvé que l’équipe qui l’a organisé était vraiment prête. Tout le monde attendait de voir à quoi ressemblerait le format. Et tout le monde est un peu surpris, et j’étais vraiment content de ce que j’ai vu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.