Josh Bloom, client potentiel des Sabres, apprend avec Amerks après la pause de la saison junior | L’actualité des sabres de Buffalo

ROCHESTER – Josh Bloom n’avait pas l’air déplacé alors qu’il se tenait parmi les Américains de Rochester sur la glace de la Blue Cross Arena quelques heures seulement avant que leur séquence mémorable en séries éliminatoires ne se termine par une troisième défaite.

Le patinage et le tir gaucher de Bloom semblent prêts pour le hockey professionnel. L’attaquant de 6 pieds 2 doit devenir plus fort, mais il aura tout le temps pour le faire. À seulement 18 ans, il n’a pas pu participer à un match avec les Amerks après avoir signé un contrat d’entrée de trois ans avec les Sabres de Buffalo en avril.

L’entente de développement de la LNH avec la Ligue canadienne de hockey, qui régit les trois meilleures ligues de jeunes du Canada, empêchera Bloom de porter un chandail Amerks dans un match jusqu’à l’âge de 20 ans, ce qui n’arrivera qu’en juin 2023. Il a rejoint le club sur un amateur essai pendant toute la durée de sa saison, s’entraînant aux côtés de ses compagnons potentiels des Sabres Jack Quinn et JJ Peterka pendant la poussée vers les séries éliminatoires et la course subséquente au troisième tour de la Coupe des séries éliminatoires Calder.

“C’était fou, honnêtement”, a-t-il déclaré à The Buffalo News. “C’est juste une excellente expérience d’apprentissage pour moi.”

Les gens lisent aussi…

Bloom a décrit l’opportunité de développement comme “incroyable”, ce qu’il n’aurait pas pu imaginer il y a un an alors qu’il ne savait pas s’il serait sélectionné ou quand il serait sélectionné au repêchage de la LNH. Lui, comme tant d’autres, n’a pas eu de saison 2020-21 parce que la Ligue de hockey de l’Ontario ne pouvait pas fonctionner sous les restrictions Covid-19 du gouvernement provincial.

Les équipes de la LNH n’avaient que des vidéos de la saison recrue de Bloom mettant en vedette Saginaw alors qu’il n’avait que 16 ans et qu’il n’avait qu’un temps limité sur la glace. Il n’y avait même pas de combinaison de scoutisme pour en savoir plus sur lui. Grâce à des recherches et à un voyage cognitif pour voir Bloom patiner seul, les Sabres ont décidé de l’enrôler au troisième tour, numéro 95 au total.

Il s’est rapidement imposé comme un espoir à surveiller dans l’organisation, marquant 30 buts avec Saginaw dans l’OHL pour décrocher son premier contrat professionnel et un décrochage dans le vestiaire des Amerks lors de leur parcours en séries éliminatoires.

“C’était vraiment bien que quelqu’un ait tenté ma chance parce que, de manière réaliste, c’était une chance”, a ajouté Bloom. “Ils ne m’ont pas vu jouer depuis que j’avais 16 ans et vous enrôlez un joueur de 18 ans. C’est un travail assez difficile à faire, mais je pense que Buffalo a fait un travail incroyable en faisant mes devoirs sur moi et s’est senti à l’aise pour faire son choix. C’était un endroit très, très confortable pour moi.”

Bloom était dans le bureau du directeur général de Saginaw Spirit, Dave Drinkill, lorsqu’il a remarqué une photo de l’équipe 2019-2020 qui était la première dans la division Ouest de l’OHL lorsque sa saison a été suspendue en mars 2020 en raison de la pandémie de Covid 19. L’alignement comprenait cinq attaquants choisis parmi les équipes de la LNH, dont deux au premier tour, ou qui ont continué à jouer au hockey professionnel à un certain niveau.

“‘Comment étais-je censé sonner cette année-là?” a-t-il dit à Drinkill, qui a qualifié cette prise de conscience de moment révélateur pour Bloom.

Il est normal que les joueurs de première année aient de la difficulté à entrer dans la OHL, surtout les attaquants. Il est difficile de créer du temps et de l’espace pour marquer des buts car la compétition est souvent plus ancienne, plus grande et plus forte. Le temps sur la glace peut être rare dans une équipe plus âgée. À l’époque, Saginaw avait des espoirs haut de gamme Cole Perfetti et Ryan Suzuki. Il y avait 11 attaquants âgés de 18 ans et plus.

“Ce sont des superstars des ligues mineures, ce sont des choix haut de gamme dans notre ligue”, a déclaré Drinkill à propos des recrues de l’OHL. « Ils jouent 25 minutes par soir dans une équipe de hockey mineur qui n’aligne que neuf ou dix attaquants, alors ils jouent tous les avantages numériques et pénalités. Ensuite, ils ont rejoint notre ligue et, un gars comme Josh, on avait une équipe puissante, l’une des meilleures de la Ligue canadienne de hockey, et il s’est retrouvé à lutter pour entrer dans l’alignement, ce qui est normal dans une très bonne équipe.

“Rôle de quatrième ligne, certains soirs jouant neuf, 10, sept, huit minutes. Parfois jouant 12-13, selon notre équipe et la façon dont notre manager l’utilise.”

Lentement, Bloom a trouvé un moyen d’utiliser ses compétences pour faire la différence. Il a marqué trois buts et huit points lors des sept derniers matchs de Saginaw avant la fin de la saison. Les scouts l’ont remarqué, mais sa carrière de hockeyeur a été interrompue pendant une période cruciale pour son développement. Seize mois se sont écoulés entre le dernier match de Spirit et le repêchage 2021 de la LNH.

Alors que le monde attendait le retour à la normale, Bloom a gagné en force en s’entraînant chez sa famille à Oakville, en Ontario. Dans la mesure du possible, il a patiné avec un entraîneur d’habiletés à Hamilton, à proximité. Ces séances sont devenues plus fréquentes à mesure que les restrictions étaient assouplies ou levées. Les équipes de la LNH se sont demandé quoi faire de Bloom et s’il se projette comme un futur professionnel cela fait la différence.

Graham Beamish, un éclaireur amateur des Sabres, a contacté Drinkill et d’autres pour en savoir plus sur Bloom en tant que personne et pour poser des questions sur son personnage. Chaque critique était brillante. Drinkill et son personnel ont envoyé la vidéo de la saison précédente de Bloom with the Spirit aux équipes de la LNH, y compris ces derniers matchs où il a semblé résoudre ce qui le retenait.

Beamish a ensuite franchi la ligne pour voir Bloom sur la glace avec son entraîneur de compétences, une étape nécessaire pour voir comment il s’est développé physiquement depuis l’âge de 16 ans.

La famille de Bloom s’est réunie pour le repêchage en juillet dernier sans savoir si elle aurait une raison de célébrer. Les projections étaient très variées. Il pourrait être enrôlé jusqu’au deuxième tour ou pas du tout. Puis vint l’appel. Il a tourné une vidéo de sa famille lorsque sa sélection de Buffalo a été annoncée à la télévision et a reçu tellement de SMS qu’il pensait que son iPhone obsolète allait se casser.

“C’était absolument incroyable comment ça s’est passé”, se souvient Bloom. “J’ai traversé la journée avec un esprit complètement ouvert. Je n’avais aucune idée si j’allais être choisi, où j’allais être choisi. Je pense que c’est ce qui a rendu la journée si spéciale sans attentes. Ce fut une journée très spéciale et tout simplement incroyable ».

La décision des Sabres ne semble pas très risquée maintenant. Plus grand, plus fort et plus sage plus tôt cette saison, Bloom a marqué 30 buts et 61 points en 67 matchs. Ses sept buts à court terme se sont classés deuxièmes dans la OHL et il a marqué 20 points en avantage numérique pour Saginaw. Cela s’est produit après que Bloom ait été un artiste exceptionnel au Sabres’ Prospect Challenge en septembre dernier, montrant sa vitesse et ses compétences contre ses pairs.

Le Spirit a raté les séries éliminatoires de l’OHL cette saison, mais la troisième année de Bloom à Saginaw se passera aux côtés de Michael Minsa, un attaquant de 15 ans qui a reçu un statut exceptionnel pour s’être joint à la ligue un an plus tôt. Minsa aura un attaquant plus âgé là-bas pour lui apprendre que l’attaque ne sera pas facile en tant que joueur de première année dans l’OHL.

“Maintenant, Josh a 18 ans dans notre ligue, il lui a donné beaucoup de crédit, il a travaillé dur pendant Covid”, a déclaré Drinkill. « Il a pris du poids pour le faire et a gardé sa vitesse. C’est juste un joueur dangereux. Il est dangereux dès le départ, il a appris à entrer dans les espaces restreints du trafic pour marquer. Il était mortel parce qu’il savait quand choisir et choisir ses points quand aller battre le D.

Bloom est susceptible de retourner à Buffalo le mois prochain pour le camp de développement et de nouveau en septembre pour le Prospects Challenge. Il prévoit passer son été au gymnase à développer sa force et, sur la glace, à se préparer pour sa dernière saison de hockey junior. Et il tirera des leçons de la compétition contre les meilleurs espoirs et les vétérans endurcis à Rochester, où il a pu voir comment Quinn, Peterka, Peyton Krebs et d’autres se sont préparés pour les matchs et se sont affrontés à l’entraînement. .

“Ce fut un pas de géant dans ma carrière et l’absence de cette deuxième année m’a peut-être influencé ici et là, ayant toujours des tendances de recrue dans un match de troisième année”, a déclaré Bloom à propos de sa saison. «Je pense que commencer ma troisième année et ma quatrième sera formidable et je ferai de grands progrès l’été prochain. Je suis juste excité de montrer ce que je peux faire avec une autre année.

Leave a Reply

Your email address will not be published.