Le football de Floride ne s’avère pas encore être une reconstruction rapide

Le programme de football de Floride a passé l’intersaison à refuser obstinément de se transformer en une reconstruction rapide.

Dans la nouvelle ère du portail de transfert, certaines équipes se sont rapidement réinventées grâce aux transferts. L’État du Michigan il y a un an en est un bon exemple.

UF à ce jour a obtenu six joueurs du portail. Trois provenaient de l’ancienne école de Billy Napier en Louisiane : un bail probable d’un an à O’Cyrus Torrence, Montrell Johnson et le quasi-projet Kamryn Waites (ce n’est pas assez raffiné pour être un contributeur majeur cette année). Les autres sont la star de coin potentielle Jalen Kimber, le remplaçant QB Jack Miller et le WR Ricky Pearsall dont on a tant besoin. En comparant cette liste à ceux perdus sur le portail – Khris Bogle, Jacob Copeland, Mohamoud Diabate, Kemore Gamble, Lamar Goods, Ty’Ron Hopper, Emory Jones, Gerald Mincey et Carlos Del Rio-Wilson – et c’est au mieux un lavage.

Même avec plus de joueurs partant via le portail qu’arrivant, la Floride a dépassé la limite de bourses d’études de 85 hommes. Ce n’est même pas une surprise; c’était évident en février et même avant.

Napier a parlé d’un grand jeu sur le fait d’être “agressif” dans le portail pendant la répétition du printemps. Cependant, depuis la fin de la session de printemps, seul Del Rio-Wilson est entré dans le portail et seul Pearsall est sorti. Sans l’exode des joueurs existants, il n’y avait pas de place sur la liste pour être agressif dans le portail, pas que trop de gars UF aurait voulu être disponibles après le printemps de toute façon. Napier a retiré trois joueurs de l’équipe cette semaine, mais a toujours deux bourses hors budget avec une date limite pour le début des essais d’automne.

Il est difficile de ne pas voir le discours du portail public de Napier comme une erreur de calcul à la fin, même si exactement ce qui a été mal calculé reste un mystère. Il aurait pu s’attendre à ce que des joueurs de haut calibre emménagent après le printemps, mais peu l’ont fait. Il s’attendait peut-être aussi à ce que plus de joueurs actuels veuillent partir, mais le travail de constitution d’équipe que le personnel a effectué depuis le début a peut-être influencé plus d’esprits qu’il ne l’avait prévu.

En tout cas, UF n’a pas été agressif sur le portail cette saison morte. Napier a amélioré quelques points avec des joueurs clés comme Torrence et Pearsall, et Johnson était une bonne assurance pour une position multijoueur de retour de premier plan avec un mauvais historique de blessures. Cependant, des gars comme Bogle, Copeland, Gamble, Hopper et Diabate auraient joué de gros coups s’ils étaient restés.

Les retours récents sur le chemin du recrutement n’ont pas non plus remonté le moral. Pas plus tard que la semaine dernière, le but du meilleur quart-arrière Jaden Rashada a rejeté son engagement de se rendre à Miami. Hier une inondation de 247 Projections de boules de cristal sportives le faire aller aux ouragans. Hier également, quatre des 247 analystes de l’État du Michigan ont déposé des boules de cristal pour un but de tacle offensif 4 étoiles d’Orlando Payton Kirkland pour devenir un Spartan. Plus tôt dans la semaine, quelques personnes, dont le directeur national du recrutement de 247, Steve Wiltfong, ont prédit que RB Treyaun Webb – un cousin de l’ancien coin de Gator Dee Webb – irait à Penn State.

Ce n’est pas seulement sur le marché de la prévision que les succès viennent. Quelques cibles défensives 5 étoiles semblent manquer, car AJ Harris s’est engagé en Géorgie le 16 juin et Tony Mitchell a publié hier l’un des quatre premiers qui n’incluait pas UF.

En termes de bilan, les Gators ont mis à jour leur équipe d’entraîneurs du point de vue du recrutement. Passer de Jules Montinar émergent à Corey Raymond en tant que manager des cornerbacks était une énorme mise à niveau en soi, mais la Floride a perdu quelques recrues dans le coin supérieur au cours des deux dernières semaines. Ce qui se passe?

Une réponse facile est que UF n’avait pas de ce facteur comme destination pour les meilleurs joueurs dans un certain temps. Les Gators n’ont pas eu de classe parmi les cinq premiers depuis une décennie, avec la classe n ° 1. 3 de 2013 qui était le dernier. Il faut probablement du temps pour inverser ce genre de perception.

Je sais que de nombreux fans de Gator espéraient que Napier pourrait obtenir une leçon de cris dans ce cycle pour gagner un élan instantané comme Urban Meyer l’a fait à UF à l’époque ou Kirby Smart en Géorgie plus récemment.

Le fait est que la Floride n’était pas sur la piste depuis si longtemps lorsque Meyer a pris le relais. Il avait encore des membres de Steve Spurrier dans son équipe en 2005, et malgré tous les échecs de Ron Zook, le recrutement n’en faisait pas partie. De plus, quatre des cinq dernières équipes de Mark Richt ont remporté au moins dix matchs, dont une équipe en 2012 qui s’est approchée à environ cinq mètres de la victoire de la SEC et aurait probablement battu Notre Dame pour le titre national. Napier a repris un programme qui a remporté dix matchs seulement deux fois au cours des cinq dernières années avec quelques saisons sous 0,500 dans cet intervalle.

NIL est l’autre éléphant dans la pièce.

Il n’est pas difficile de trouver des personnes qui attribuent l’élan de Miami sur la voie du recrutement au mégabooster John Ruiz prêt à dépenser librement pour des offres NIL. Ces accords, le cas échéant, ont valu aux Hurricanes un engagement 4 étoiles et six 3 étoiles à ce jour, par rapport aux trois 4 étoiles et quatre 3 étoiles de l’UF. Bien sûr, si Rashada se déclare pour la messagerie unifiée et a un gros contrat NIL, alors l’histoire et les calculs commencent à changer.

Ceci étant le premier cycle complet avec NIL au premier plan a produit des résultats intermédiaires étranges. Au moment d’écrire ces lignes, l’Alabama est situé au No. 38, le participant aux séries éliminatoires 2021 du Michigan est au no. 39, la Floride est au non. 40, LSU est au non. 41 et Miami est au No. 42. Tout le monde a sept engagements ou moins.

J’ai lu et écouté les commentaires d’Eddie Rojas, un ancien joueur de baseball UF et chef du Gator Collective. Il ressort clairement de ce qu’il a dit que le plan était de s’occuper des joueurs sous contrat NIL actuels, puis de compter sur eux pour révéler l’étendue de leurs accords aux recrues afin de dire aux clients potentiels ce que quelqu’un pourrait faire en s’inscrivant avec. .

C’est indirect, mais cela reste du côté droit des règles de la NCAA et des lois de l’État de Floride. D’autres programmes le font différemment et il peut y avoir ou non des conséquences. Depuis les cicatrices de la probation dans les années 1980, cependant, la Floride n’a jamais été un endroit pour tester les limites des règles.

NIL est si nouveau et il y a tellement d’informations incomplètes, mauvaises, trompeuses ou complètement fausses qu’il n’y a aucun moyen de savoir exactement ce qui se passe. Peu de ce qui se passe actuellement peut s’avérer durable à moyen ou à long terme.

Rojas, pour sa part, a déclaré qu’il dirigeait le Gator Collective dans le but de le rendre durable à long terme. D’accord en ce qui concerne. Je me souviens cependant de la aphorisme de l’économie qui va à peu près comme “Les marchés peuvent rester irrationnels plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable”.

Si le marché NIL peut rester irrationnel pendant un certain temps, alors quelqu’un qui respecte strictement les règles pourrait se retrouver insolvable si les fans votent sans confiance pour retenir les dons et les abonnements faute de résultats. Il semble également qu’il puisse y avoir un ou deux collectifs essayant d’employer une fausse stratégie jusqu’à ce que vous y parveniez pour essayer de rester irrationnel jusqu’à ce qu’ils deviennent solvables. Cela signifie qu’ils jettent d’énormes sommes insoutenables dans l’espoir que le succès qu’ils voient dans la conclusion de gros contrats incitera suffisamment de fans à commencer à contribuer à un niveau qui rende durable ce qui était auparavant insoutenable.

Je ne peux qu’imaginer comment cela va se passer. Il en va de même pour tout le monde, car encore une fois, il y a tellement d’informations incomplètes, mauvaises, trompeuses et complètement fausses qui circulent.

Au début de l’intersaison, il était facile de donner à Napier le bénéfice du doute. Il a reçu des visites et des postes de premier ordre pour de nombreuses recrues mieux notées que celles de Dan Mullen. Les chances semblaient être que même s’il ne les atterrissait pas tous, il était en lice pour suffisamment d’entre eux pour que les choses finissent par s’arranger.

Qu’il s’agisse de la gueule de bois de la réputation des trois derniers entraîneurs, de NIL, d’autre chose ou d’une combinaison de facteurs, UF n’est actuellement pas là où quiconque voudrait qu’il soit. Sept recrues, réparties également entre 3 et 4 étoiles avec une note moyenne autour de la ligne de coupe 3/4 étoiles, sonnent indiscernables d’une classe d’été McElwain ou Mullen.

Il y a toujours la possibilité de retourner les joueurs ; les Gators viennent de lancer un Edge 4 étoiles de l’UCF cette semaine. Cependant, si les accords NIL orientent véritablement les décisions de bon nombre des meilleurs acteurs, le lancement devient beaucoup plus difficile. Dans l’ancien paradigme, Eric Dickerson pouvait prendre un Trans-Am de Texas A&M, puis signer avec SMU sans inconvénient. Quiconque a déjà signé ses droits NIL sur un collectif en particulier aura du mal à aller ailleurs.

Quoi qu’il en soit, la Floride n’entre pas directement dans l’ère Napier. Le portail de transfert a infligé autant ou plus de douleur qu’il a emporté cette intersaison, et les Gators ont du mal à obtenir des engagements du point de vue de l’élite. Les commentaires du manager ont établi des attentes qui n’ont pas été satisfaites concernant le portail, et ses choix d’accepter les transferts et de signer des recrues ont entraîné la suppression pure et simple des joueurs cette semaine et encore plus à venir. .

Il reste encore un long chemin à parcourir avant le jour de la signature, e Mike Prix mis à part, aucun mandat de manager n’a été irrévocablement endommagé avant même que le premier match ne soit joué. Cependant, ramener la Floride dans un concurrent national semble être une tâche qui prendra plus de temps à accomplir que certains fans ne l’avaient espéré.

Leave a Reply

Your email address will not be published.