Mises à jour en direct : la guerre de la Russie en Ukraine

Le navire marchand battant pavillon russe Zhibek Zholy a été aperçu au large du port turc de Karasu sur la mer Noire le 2 juillet.
Le navire marchand battant pavillon russe Zhibek Zholy a été aperçu au large du port turc de Karasu sur la mer Noire le 2 juillet. (Yoruk Isik / Reuters)

L’Ukraine a demandé aux autorités turques de détenir un navire battant pavillon russe transportant des céréales ukrainiennes, a déclaré samedi à CNN l’ambassadeur du pays en Turquie, Vasyl Bodnar.

Le navire Zhibek Zholy est actuellement au mouillage près du port turc de Karasu car “il a en fait été retenu par les autorités douanières turques et n’est pas autorisé à entrer dans le port”, a déclaré Bondar. “Nous attendons maintenant la décision des autorités compétentes de Turquie sur les actions sur lesquelles les forces de l’ordre ukrainiennes insistent”, a-t-il déclaré.

Le ministère turc du Commerce n’a pas encore répondu à la demande de CNN de confirmer que le navire a été arrêté.

Bodnar a déclaré que l’Ukraine avait d’abord approché le ministère turc des Affaires étrangères au sujet du navire jeudi, et vendredi, l’ambassade d’Ukraine en Turquie avait reçu un appel des autorités ukrainiennes “pour assurer sa détention et son inspection”.

“Peut-être demanderons-nous également son arrestation”, a déclaré Bodnar. “Nous avons adressé des appels aux autorités turques, nous avons organisé diverses communications avec de hauts responsables”. CNN a contacté le ministère turc des Affaires étrangères concernant la demande de Bodnar.

L’Ukraine a affirmé à plusieurs reprises que la Russie avait volé des centaines de milliers de tonnes de céréales depuis le début de la guerre.

Selon le site de suivi des navires Marine Traffic, le navire marchand a quitté le port russe de Novorossiysk le 22 juin et a passé près d’une semaine en mer entre l’Ukraine et la Russie.

Le navire marchand a allumé son localisateur lorsqu’il a quitté la mer d’Azov pour Karasu, en Turquie, le 29 juin, et est arrivé au port turc vendredi, selon Marine Traffic.

Bien qu’il soit possible que le grain provienne de zones voisines, Bodnar a déclaré que le point de chargement du navire était “certainement” Berdiansk – “territoire occupé”, sans expliquer pourquoi il en est sûr. Bodnar a ajouté qu’il n’a pas le nom de l’entreprise ou du district d’où provient le grain.

Yevgeny Balitsky, le chef de l’administration militaire régionale de Zaporizhzhia, désormais partiellement sous contrôle russe, a déclaré jeudi sur Telegram que le premier navire marchand avait quitté le port de Berdiansk sur la mer d’Azov et a réitéré les affirmations de la Russie selon lesquelles les eaux entourant le port ont été drainées. par les unités du génie de la base navale russe de Novorossiysk.

Bodnar a déclaré que l’Ukraine avait envoyé le deuxième appel à la Turquie vendredi “alors que nous venions d’apprendre que le navire était en route” après le dépôt de l’appel initial mercredi “lorsque nous avons reçu des informations de sources ouvertes selon lesquelles un tel navire était en route”. chargement et apparemment destiné à entrer dans le port. »

L’appel de vendredi a un volet “juridique” et a été envoyé “à toutes les autorités décisionnelles turques”, a-t-il précisé.

Selon Bodnar, le ministère turc du Commerce a répondu à l’appel initial en disant que le navire restera ancré près du port de Karasu sans être autorisés à débarquer ou à revenir, tandis que la Turquie évalue les demandes de l’Ukraine.

“J’ai l’impression que la partie russe a essayé de créer un précédent et a essayé de commencer à tout transporter depuis les ports occupés : c’est Berdiansk, ça pourrait être Marioupol”, a déclaré Bodnar.

“De plus, c’est probablement l’une des tentatives de créer un fossé entre la Turquie et l’Ukraine. Ainsi qu’une tentative de légaliser son occupation des ports appartenant à l’Ukraine.”

En réponse aux informations des médias selon lesquelles le bureau du procureur général de l’Ukraine a demandé à la Turquie de détenir et d’arrêter le navire marchand, le propriétaire du navire, la compagnie nationale des chemins de fer du Kazakhstan Kazakhstan Temir Zholy (KTZ), a déclaré samedi que “KTZ a demandé confirmation des autorités ukrainiennes concernant cette demande.

“Des consultations actives sont en cours avec les ambassadeurs des deux pays [Turkey and Ukraine]”, lit le communiqué de presse.

“Le vendeur, qui est une société enregistrée en Europe, insiste sur le fait que la transaction est légale. Pour clarifier la situation et exclure les violations du droit international, KTZ a envoyé une lettre à l’affréteur du navire demandant de livrer, dans les meilleurs délais. l’urgence, une explication détaillée de la situation et la remise de toutes les pièces justificatives (contrats, attestations, etc.) », précise l’entreprise.

“KTZ assure son engagement à respecter le droit international”, a-t-il ajouté.

L’Ukraine accuse la Russie de bloquer ses ports et d’essayer de “voler” le blé ukrainien. Les Nations Unies ont déclaré que le blocus russe des ports ukrainiens avait déjà fait grimper les prix mondiaux des denrées alimentaires et menaçait de provoquer des pénuries alimentaires catastrophiques dans certaines parties du monde.

La Russie a nié à plusieurs reprises le blocage des ports et le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié de “fausses nouvelles” les allégations selon lesquelles la Russie volait du grain à son voisin.

Leave a Reply

Your email address will not be published.