Partager sa passion du hockey

Après une saison 2020-21 remplie d’incertitudes, le retour à un sentiment de normalité pour les associations de hockey locales et les Académies des habiletés Hockey Canada est une source d’excitation

Il y a de l’excitation autour des pistes d’un océan à l’autre. Les patins ont été aiguisés récemment, les bâtons viennent d’être réparés et les Canadiens célèbrent le retour du hockey.

Après une saison remplie d’incertitude l’an dernier, le retour à un sentiment de normalité est un spectacle bienvenu pour les associations de hockey locales et les Académies des habiletés Hockey Canada (HCSA).

«Il y a une planification de tournois en cours et des matchs d’exhibition en cours. Tout le monde est simplement ravi de commencer », explique Trevor Hanley, un gestionnaire U18 AA de Martensville, Sask.

Tous les programmes du conseil scolaire de Dave Tressor à Kenora, en Ontario, n’ont pas pu fonctionner l’année dernière en raison de la pandémie de COVID-19. Avec le retour de notre jeu, le programme de l’école secondaire Beaver Brae sera rétabli en février.

“Nous sommes ravis d’avoir l’opportunité de récupérer l’académie et de faire bouger les étudiants à nouveau”, a déclaré Tressor, qui est le directeur adjoint de Beaver Brae.

À Athabasca, en Alberta, 2020 devait être l’année inaugurale de son HCSA à la Edwin Parr Composite School. L’attente a augmenté depuis la date de début prolongée, mais l’attente a porté ses fruits pour les élèves de 8e et de 9e année.

“Chaque fois que quelqu’un me parle de l’académie de hockey, j’obtiens le sourire le plus stupide parce que je suis tellement excitée”, a déclaré la directrice adjointe Brenna Liddell. « Je suis comme un gamin le jour de Noël, c’est tellement excitant. Nos enfants s’amusent beaucoup et nos parents s’adaptent très bien.

“J’ai passé deux semaines avant la pause de novembre à rencontrer chacun de nos gars. Nous parlons d’universitaires, nous parlons d’assiduité, puis je dis: “Hé, dis-moi comment va l’académie de hockey” et chaque enfant sourit et dit que c’est la meilleure chose au monde. ”

Pour l’école secondaire Porter Creek à Whitehorse, YT, elle a pu gérer son HCSA l’année dernière, mais s’est concentrée principalement sur le développement des compétences en raison des restrictions des directives de sécurité COVID-19.

“Je pense [the students] ils sont ravis de pouvoir faire plus de gameplay [this season]», explique Amy Vermeulen, instructeur principal de Porter Creek.

Le programme de Porter Creek se déroule au deuxième semestre de l’année scolaire, mais le buzz autour du retour d’un programme de hockey plus normal frappe déjà les étudiants.

“J’en vois toujours dans les couloirs”, raconte Vermeulen. “Ils parlent de leur enthousiasme à l’idée de terminer le semestre pour pouvoir commencer le programme de hockey.”

Les associations locales de hockey à travers le pays ont également hâte de retrouver un sentiment de normalité. À l’Île-du-Prince-Édouard, les équipes sont de retour sur la glace, mais la principale différence cette saison est le temps accordé aux équipes sur la patinoire avant les entraînements ou les matchs.

Blaine Fitzpatrick, gérant du Hockey mineur de Charlottetown pour l’équipe féminine AAA U15, sait que socialiser avant d’entrer sur la glace est bénéfique pour son équipe.

“Ils voulaient juste redevenir comme avant, pouvoir sortir, s’amuser et discuter avant. Nous nous rapprochons de cela, nous avons systématiquement 30 minutes avant maintenant, donc cela leur donne ce temps de plaisir sur la piste “, explique Fitzpatrick.” Le niveau d’excitation est beaucoup plus élevé en raison de la possibilité d’avoir potentiellement une saison normale comme c’était avant le COVID.”

Une chose que les joueurs de Yellowknife, TNO attendent avec impatience, c’est le retour des tournois.

“Nous pouvons généralement jouer contre d’autres communautés plus petites”, explique Patricia Parker, directrice adjointe U7. “Ils viennent ici, on va là-bas et puis on voit un peu la ville, ils vont aux piscines, et c’est la seule chose qui leur manque vraiment en ce moment.”

Hanley dit que tout le monde est de retour sur la glace dans son association, les équipes U7 à U11 s’entraînant tandis que les équipes U13, U15 et U18 ont déjà commencé à jouer dans la ligue ou se préparent à commencer. L’an dernier, les équipes de la Saskatchewan ont pu s’entraîner toute la saison, mais elles étaient limitées à huit joueurs sur la glace à la fois.

“Cela a inspiré beaucoup d’enfants à être créatifs et à les garder innovants et excitants pour les enfants, ils sont donc ravis de revenir dans des équipes complètes, de travailler avec tout le monde en même temps et d’avoir définitivement l’opportunité d’entraîner dans les matchs”, dit Hanley.

La créativité et l’adaptation ont certainement fleuri au cours des 18 derniers mois. Avec les restrictions de vestiaires à Yellowknife, Parker a dû s’adapter pour aider ses jeunes joueuses à se préparer.

“Ils sont venus tout habillés, mais nous avons dû attacher leurs patins, les détacher et les ramener à leurs parents”, raconte-t-elle. “En fait, nous avons pu créer davantage de liens avec eux parce que vous deviez parler à chaque enfant pendant que vous attachiez leurs patins et écoutiez ce qu’ils faisaient pendant le week-end, sinon ils vous diraient ce qu’ils avaient pour le dîner.”

Inspiré par la NFL, Fitzpatrick a créé un livre de jeu avec tous les systèmes de couverture de base de l’équipe la saison dernière afin que n’importe quel joueur de son équipe puisse le consulter quand il le souhaite.

« Nous n’avons pas beaucoup de temps sur la piste pour passer les lignes avec le groupe, puis
[each player] il l’a dans un livret à la maison “, dit-il. Ils peuvent passer leur temps à se familiariser avec cet aspect du jeu.”

Malgré les incertitudes et les défis apportés par la pandémie, les communautés d’un océan à l’autre ont hâte d’utiliser le hockey pour promouvoir un mode de vie actif.

« La santé mentale était une véritable préoccupation et je pense que cette préoccupation n’était pas seulement à l’échelle de la province, mais à l’échelle du pays », dit Tressor. “Le programme de l’Académie de hockey offre aux étudiants une excellente occasion de s’entraîner, de revenir et de socialiser à nouveau.”

Maintenant que Notre jeu est de retourtout le monde est prêt à retourner jouer au jeu qu’il aime.

« C’est formidable de voir qu’ils auront un repos normal dans leur carrière au hockey mineur et qu’ils pourront profiter de leur temps sur la patinoire avec leurs amis », a déclaré Fitzpatrick. «Ils travailleront dur et se développeront, et on ne sait jamais, peut-être qu’ils se donneront des opportunités en cours de route. Je suis vraiment excité pour les enfants.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.