Table ronde MHH : Coupe à égalité ! – Hockey Mile High

Avec un moment pour réfléchir alors que l’Avalanche du Colorado attend son apogée Finale de la Coupe Stanley Match contre Foudre de Tampa Bay et nous avons eu quelques réflexions sur ce qu’ils ont accompli jusqu’à présent.

Quelle a été la partie la plus impressionnante de la série éliminatoire jusqu’à présent ?

Évan : Je pense que la série Blues était une série résiliente et impressionnante pour surmonter une telle adversité. Les Blues ont donné du fil à retordre à l’AVS et ils n’étaient pas trop loin pour forcer un jeu de 7. C’était impressionnant de traverser les Blues et de prouver leur valeur. Plus précisément, le rebond qu’ils ont eu en Course 4 après toutes les polémiques, notamment le triplé de Nazem Kadri.

Adrien : Pour moi, l’aspect le plus impressionnant de cette course de coupe a été l’équilibre du Colorado pendant les enjeux élevés et les moments émouvants tout au long du parcours. Maintes et maintes fois, leur adversaire a tenté de les faire réagir à des coups bon marché ou retardés. Malgré des pressions constantes, le Colorado a réussi à garder le contrôle et l’objectif est resté de remporter le prix final. Comme l’a dit le manager d’Avalanche, Jared Bednar, “Ce n’est pas une question d’ego.” Cela était plus évident dans la pièce de Nathan MacKinnon. Nate est connu pour avoir été impliqué dans une ou deux escarmouches, mais pas avec la vue d’ensemble sur la table et est passé à un véritable joueur à double sens dans les séries éliminatoires.

Connor: Selon le point de vue d’Adrian ici. Il y a eu un certain nombre de cas où l’AVS aurait pu choisir de s’engager dans des combats inutiles ou dans une tentative de prouver un point qui n’a pas besoin d’être clarifié, en particulier lorsque leurs adversaires faisaient des commentaires à leur sujet. Mais ils ne l’ont pas fait. Ils sont venus jouer au hockey et ils l’ont bien joué.

Jacky: Le record de 7-0 à l’extérieur, y compris la clôture des trois séries à l’extérieur, me frappe principalement parce que c’était l’un de mes soucis pour les séries éliminatoires. Cela témoigne de la concentration et de la résilience de cette équipe.

Jacob: D’accord avec tous les points ci-dessus, j’ajouterais donc le premier combat du match 1 contre Nashville lorsque l’AVS a explosé pour cinq buts et pourrait facilement avoir presque le double. Cette période a été le meilleur hockey que j’ai jamais vu jouer en direct dans une équipe et c’était clairement une déclaration que cette équipe était en mission et a donné le ton pour le reste des séries éliminatoires.

Esdras : Pour moi, il s’agit de se débarrasser de la blessure de Kuemper et de donner l’impression qu’il est facile de jouer avec un remplaçant. Nous avons vu d’anciennes équipes AVS lutter pour maintenir le rythme et la qualité du jeu lorsque les gardiens de but ne le sont pas. 1 ont été contraints de quitter la formation et, aussi efficace que Francouz ait été, il est impressionnant que l’équipe soit restée équilibrée et dominante sans aucun # 35 dans les tubes.

À quel point êtes-vous inquiet des blessures en cours ?

Évan : J’ai vraiment quelques inquiétudes, mais surtout concernant les positions avancées. L’AVS a blessé Kadri, André Burakovsky, Nicolas Aube-Kubel et Andrew Cogliano, ceux que l’on connaît de toute façon. Si les quatre ne sont pas disponibles en raison de leurs blessures, l’AVS est à court et jusqu’à des noms comme Jayson Megna et Jacob MacDonald pour jouer sur la quatrième ligne. C’est quelque chose à surveiller à mesure que vous avancez.

Adrien : Je suis toujours inquiet pour les blessures, surtout en vue de la finale. La bonne nouvelle balaie le Oilers d’Edmonton offrira beaucoup de repos à certains des joueurs les plus contrariés de la liste. Il y a des avantages clairs et évidents à ce temps de repos et j’imagine que chaque joueur de la liste connaît les lacunes des exigences physiques exténuantes d’un club. Coupe Stanley courir. Le reste de la conversation sur la rouille sera terminé, mais je pense que le repos est plus précieux pour toute équipe qui a joué un mois supplémentaire de hockey à enjeux élevés.

Connor: J’espère que nous verrons au moins certains des joueurs récupérer avant le début de la finale. C’est décevant car le quatrième trio était vraiment fantastique et ces blessures entraîneront probablement des changements dans l’alignement. Cependant, étant donné le nombre de joueurs actuellement blessés, nous sommes toujours dans une bien meilleure position que la plupart des équipes, et c’est quelque chose à retenir. J’espère juste que nous ne verrons pas quatre joueurs éliminés au début de la finale, car plus l’équipe est en bonne santé, plus elle a d’options.

Jacky: Une bonne profondeur aide à surmonter une partie de l’adversité des blessures, mais il y a une limite au nombre de joueurs de la LNH qu’un club peut avoir dans la réserve et si l’Avalanche souffre trop, il peut être dans cette réserve. Cette période de repos est cependant un avantage et certains des blessés à la marche peuvent être en mesure de revenir.

Jacob: C’est certainement une préoccupation, en particulier la blessure de Kadri car les joueurs de profondeur sont beaucoup plus remplaçables que les meilleurs joueurs, mais cette équipe Avs lutte contre les blessures depuis son premier match de l’année, donc si une équipe peut surmonter ce genre d’adversité, est-ce Avalanche de l’année.

Esdras : Vous voulez tout le monde dans l’alignement, bien sûr, mais l’équipe de cette année a prouvé tout au long de la saison et des séries éliminatoires qu’elle peut être efficace quelle que soit l’alignement. Je suis ravi de voir qui s’avancera dans le corps offensif pour compenser la perte de Kadri et Cogliano, et j’aimerais voir ce que Ryan Murray peut faire dans le backend, surtout si Josh Manson, qui ne s’est pas entraîné, ne peut pas y aller. Mais je m’attends à ce que nous voyions Manson et Jack Johnson dans le premier match.

Quel est ton meilleur souvenir sur le parcours pour te rendre à la finale de la Coupe ?

Évan : Les buts qui ont marqué la série aux deuxième et troisième tours ont été mes souvenirs préférés en raison de leur timing et de leur signification. Contre les Blues dans le match 6, j’étais plus que préparé pour le match 7 devant l’héroïsme de Darren Helm avec seulement quelques secondes à jouer en troisième période. Même cette dernière série décisive du nouveau venu Artturi Lehkonen dans le cadre supplémentaire contre les Oilers d’Edmonton pour les envoyer en finale de la Coupe Stanley est spectaculaire. Pour la deuxième année consécutive avec une équipe différente, il a joué un rôle héroïque et c’est quelque chose qu’aucun fan d’AVS n’oubliera longtemps.

Jacky: Helm marquant pour gagner le match 6 et amener l’Avalanche enfin au-dessus de la bosse du deuxième tour, surtout après cette défaite amère dans le match 5, a été le plus grand moment dans mon esprit jusqu’à présent, en plus c’est arrivé le jour de mon anniversaire, donc c’est quelque chose que je ‘ Je n’oublierai jamais. J’aime aussi regarder en arrière comment ils en sont arrivés là, en particulier la saison 2016-17 de 48 points que Cale Makar leur a donnée.

Adrien : Mon souvenir préféré est le but décisif qui a ramené le Colorado en finale pour la première fois en 2001. La dernière fois que le Colorado est arrivé aussi loin, j’avais seulement neuf ans. Pour mettre cela en perspective, j’ai depuis terminé l’école primaire, puis le lycée a traversé une longue période universitaire où j’ai rencontré et épousé la fille qui portait une chemise Avalanche lors de notre premier rendez-vous. Nous sommes devenus abonnés en 2016-17 sans vraiment penser que cela ferait partie d’un avenir proche, mais le voici.

Connor: Il y a eu tellement de moments qu’il est difficile d’en choisir un seul. Je suis d’accord que tous les buts gagnants de la série étaient particulièrement bons à retenir et j’y penserai longtemps. Je pense qu’en termes de moments moins impressionnants, mais néanmoins extraordinaires, ce doit être Frankie qui entre et travaille si dur pour garder l’AVS en jeu, en particulier lors du deuxième match des finales de conférence. Josh Manson faisant une sauvegarde était aussi amusant !

Jacob: Certainement le but de Darren Helm. Avec tout le bagage qu’Avalanche a eu avec le deuxième tour au cours des dernières années et comment le match 5 est passé d’un rêve à un cauchemar en un instant, il était difficile d’empêcher les pensées négatives de s’infiltrer à mesure que le jeu approchait de la prolongation. . Alors que le but de Helm touchait le fond du filet, plus de trois ans de stress se sont transformés en pure joie et plus qu’un peu de soulagement.

Esdras : C’est le jeu de Kadri – je n’ai jamais vu un seul joueur dominer face à l’adversité jusqu’à ce point dans aucun sport. C’était un théâtre incroyable. Une seconde près est le but ultime de MacKinnon pour le tour du chapeau dans le match 5 contre St. Louis. Cela se perd dans le mélange puisqu’ils ont fini par perdre le match, mais Dieu que c’était génial. Mes voisins doivent penser que quelqu’un est mort dans mon appartement que je criais tellement.

Qui est votre Conn Smythe préféré ?

Évan : La seule bonne réponse ici est Cale Makar. Il est l’un des joueurs les plus rapides avec 50 points en séries éliminatoires et a marqué un record de 10 points en quatre matchs de premier tour contre le Prédateurs de Nashville. Il a fermé le duo dynamique de Connor McDavid et Leon Draisaitl avec son partenaire défensif Devon Toews. Cependant, le tueur au visage d’enfant et sa barbe tachetée pour adultes soulèveront Conn Smythe si son équipe gagne tout.

Jacky: Makar est mon leader et mène l’Avalanche en marquant par quatre points avec 22 et en attirant beaucoup d’attention nationale pour cela. Ce qu’il a pu faire est extraordinaire et l’impact qu’il a depuis le backend est vraiment spécial. Nathan MacKinnon, Mikko Rantanen et Gabe Landeskog sont tous derrière et pourraient prendre feu en finale. Nazem Kadri est un cheval noir, s’il revient, il pourrait obtenir beaucoup de crédit pour avoir traversé presque tout cette post-saison. La valeur sûre est Makar, son nom est forcément gravé sur les trophées.

Adrien : Si j’avais un vote, ce serait Nathan MacKinnon. Cela n’enlève rien à Cale Makar qui est sans doute le joueur le plus excitant et le plus constant d’Avalanche. J’ai choisi MacKinnon précisément parce que c’est son moment. Il est célèbre pour avoir dit: “Je vais à ma neuvième année et je n’ai rien gagné”, après avoir perdu à Las Vegas la saison dernière. Au cours de sa carrière, MacKinnon a été à la hauteur de l’occasion. Si c’est vrai, nous devrions voir une version plus persistante et dangereuse de Nathan MacKinnon que toute autre.

Connor: Ce doit être Cale Makar. Il a toujours bien joué, à la fois au niveau des points qu’il obtient, mais aussi dans la phase défensive. Il s’est vraiment démarqué de la différence qu’il peut faire rapidement, alors qu’il menait les séries éliminatoires aux points au premier tour. C’est un joueur tellement dynamique qu’il apporte des compétences incroyables et une compréhension intuitive du jeu.

Jacob: Calé Makar. Wayne Gretzky a déclaré qu’il était le meilleur joueur sur la glace chaque soir dans une série avec Connor McDavid. Makar a déjà clairement indiqué qu’il est le meilleur défenseur de la ligue et l’argument beaucoup plus intéressant est de savoir s’il a réellement dépassé McDavid pour devenir le meilleur joueur de la LNH.

Esdras : Tout le monde dit Cale, donc le contrariant en moi veut choisir comme Erik Johnson ou quelque chose comme ça pour redevenir bon malgré son âge, mais non. C’est Cale vous tous. Il marque à une vitesse folle pour un défenseur, tue des pénalités, vérifie toutes les zones, et je veux dire … faites défiler en arrière et regardez la vidéo publiée par Evan, c’est tout. All Ave Cale!

Leave a Reply

Your email address will not be published.